Ciné-Débat « 10949 femmes »

Dans le cadre de la Journée Internationale des Femmes, LABA asbl a organisé un Ciné-Débat, le 24 mars 2017 au Centre Culturel l’Armillaire de Jette, animé par Ghezala Cherifi, Présidente pour découvrir le documentaire exceptionnel et bouleversant de la réalisatrice franco-algérienne Nassima Guessoum « 10949 Femmes » avec laquelle nous avons eu un débat très enrichissant. Ce film poignant dont les récits de témoignages de femmes sorties de l’ombre a touché les cœurs.

10949 femmes est le nombre de femmes qui ont combattu pendant la guerre d’indépendance en Algérie, selon les sources officielles algériennes. Parmi elles, Nassima Hablal, l’héroïne du film, décédée à l’âge de 85 ans en 2013, que la réalisatrice à merveilleusement mis en lumière en la sortant de l’oubli durant les cinq années de tournage qu’elle lui a consacrée.

LABA qui n’aura de cesse de mettre en avant les personnes de l’ombre, ici c’est au travers de Femmes que la jeune réalisatrice nous plonge dans l’univers de ces femmes algériennes « Moudjahidates », des combattantes de la guerre de libération, qui au lendemain de l’indépendance, sont tombées dans l’anonymat, méconnues des jeunes générations d’après-guerre.

Ce focus bouleversant est le témoignage d’une vie longue en épreuves endurées, Nassima Hablal nous raconte d’abord son engagement, son parcours de militante au sein du FLN, la fraternité mais aussi les viols, l’emprisonnement, la torture, intimidation, autant d’atrocités que les algériennes ont subies durant cette sale guerre, mais aussi de long combat que notre héroïne, d’une grande sagesse intellectuelle, témoigne avec beaucoup de pudeur. Et au-delà de la femme brisée par les circonstances de la vie, elle est restée fidèle à ses principes de liberté, de justice, et de solidarité. Battante, elle a séduit nos cœurs, son histoire riche en enseignement et de rencontres qui ont marqué sa vie, est racontée avec nostalgie et poésie. Elle qui aimait la vie, si elle n’avait pas fait de la politique, elle aurait été chanteuse nous dit-elle, car elle aimait chanter, et à l’image de Warda la diva algérienne aujourd’hui décédée, ce serait particulièrement des chansons politiques qu’elle aurait interprété, c’est ainsi qu’elle nous enchante avec des classiques de la chanson française de son époque. Aujourd’hui certains s’offusquent des propos tenus par Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle, qualifiant « la Colonisation comme étant un crime contre l’humanité » alors qu’il était en visite en Algérie. Une polémique qui repose la question de la reconnaissance des méfaits et des exactions de la France longtemps enfouie dans les mémoires. La colonisation française a laissé des traumatismes de part et d’autres dont les effets ont encore des conséquences sur le lien social et le vivre ensemble. Nul ne peut nier la violence et la barbarie de la guerre d’Algérie même si d’aucun veulent minimiser l’horreur de ce conflit qui a fait plus de 1,5 millions de morts du côté algérien (sources FLN) parmi eux, des femmes.

Nassma Guessoum a donc voulu retrouver les figures de la résistance algérienne pour rétablir le contact avec une partie de son histoire multiple, inégalement mise en valeur. Malgré ses faibles moyens, elle a réussi à travers ce récit à rendre toutes les lettres de noblesse au courage des femmes algériennes, une belle évocation qui fait de ce récit, l’évocation d’une histoire universelle, qui transcende tous les âges et toutes les époques, celle de toutes les femmes qui dans ce monde ont combattu ou combattent encore l’ignominie et l’intolérable.

Laisser une réponse

Tél : +32 475 82 07 53
Mail : info@laba-asbl.be
N°d'entreprise : 0842883973
N° compte de LABA asbl : BE40 0004 1007 3863 - BIC : BPOTBEB1

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page