Algérie : la plupart des incendies « maîtrisés », un bilan estimé à plus de 90 morts et disparus

Dix-neuf foyers restaient actifs dimanche dans plusieurs régions du nord de l’Algérie, où de gigantesques incendies font des ravages depuis près d’une semaine.

Le Monde avec AFP Publié le 14 août 2021 à 18h22 – Mis à jour le 16 août 2021 à 01h13.

Une femme debout dans les décombres de sa maison brûlée dans la région d’Ait Daoud, au nord de l’Algérie, le 13 août 2021.
Une femme debout dans les décombres de sa maison brûlée dans la région d’Ait Daoud, au nord de l’Algérie, le 13 août 2021. RYAD KRAMDI / AFP

La plupart des violents feux de forêts qui ravagent le nord de l’Algérie depuis une semaine sont « désormais maîtrisés » et « ne représentent plus de danger pour les habitants », a déclaré à la radio publique, dimanche 15 août, le colonel Farouk Achour, sous-directeur chargé de la communication de la direction générale de la Protection civile (DGPC).

Les efforts des unités de la DGPC sont focalisés actuellement sur « la protection des zones d’habitation, notamment dans les wilayas [préfectures] d’Al Tarf, Béjaïa, Jijel et Tizi Ouzou », a-t-il souligné, précisant que « plus de 74 incendies ont été éteints durant les dernières 24 heures ».

« Les équipes de la protection civile continuent de lutter contre 19 incendies dans dix wilayas, dont six à Bejaïa et trois à El Tarf », a précisé la Protection civile dans un communiqué publié en milieu de journée. Elle a en revanche ajouté qu’il ne restait plus que deux incendies à maîtriser à Tizi-Ouzou, région de Kabylie qui a enregistré les plus grands feux et les plus importantes pertes humaines.

En l’absence de chiffres globaux, les bilans rapportés par les autorités locales, la protection civile et le ministère de la défense font état au total de 90 morts depuis lundi.

Des pompiers dans les montagnes de Kabylie, dans la région de Tizi Ouzou, le 13 août 2021.
Des pompiers dans les montagnes de Kabylie, dans la région de Tizi Ouzou, le 13 août 2021. ABDELAZIZ BOUMZAR / REUTERS

De très nombreux moyens mobilisés

Pour combattre les flammes, près de 7 500 agents de la protection civile ont été déployés, avec 490 fourgons anti-incendie, et l’armée a mobilisé cinq hélicoptères russes Mi-26 en plus de trois hélicoptères bombardiers d’eau de la protection civile algérienne. Les autorités algériennes ont aussi pu compter sur le renfort de deux bombardiers d’eau français, mis à disposition via l’Union européenne.

Ces deux appareils ont regagné Nîmes, dans le sud de la France, dimanche en fin de matinée après avoir effectué « 250 largages en 72 heures », principalement dans les régions de Tizi-Ouzou et Bejaïa, a précisé à l’Agence France-Presse (AFP) le commandant Alexandre Jouassard, porte-parole de la sécurité civile française.

L’Espagne va poursuivre l’« appui aérien » dans le cadre de ce mécanisme européen, a précisé la sécurité civile française sur son compte Twitter.Article réservé à nos abonnés Lire aussi  « Cette fois, c’est incontrôlable » : en Algérie, la détresse de la population face aux feux qui ravagent la Kabylie

Le président Abdelmadjid Tebboune a rendu visite samedi aux blessés, civils et militaires, hospitalisés à Alger, leur promettant de mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour leur prise en charge.

Cérémonie pour les soldats morts durant les incendies

Le ministère de la défense a, par ailleurs, organisé samedi deux cérémonies pour honorer les 33 soldats qui ont péri, l’une à l’hôpital militaire d’Alger, en présence du chef d’état-major, Saïd Chenegriha, et l’autre à Constantine (nord-est). « Ces héros ont sacrifié leurs âmes pour la patrie et pour sauver leurs concitoyens des incendies criminels survenus dans différentes régions de notre pays », a déclaré le général Boualem Madi, directeur de la communication de la défense lors d’une l’oraison funèbre, au troisième et dernier jour d’un deuil national.

Jeudi, le président algérien avait affirmé que la plupart des incendies étaient d’origine « criminelle »et a annoncé que vingt-deux suspects avaient été arrêtés. Des experts et des témoins pointent aussi du doigt le manque d’anticipation et de prévention des pouvoirs publics devant un phénomène récurrent chaque année en Algérie, encore accentué cette année par des températures particulièrement élevées.

Après une semaine de chaleur extrême, la météo ne semble pas accorder de répit : les services nationaux ont averti dimanche d’une nouvelle hausse des températures dans le nord du pays, avec des pointes à 44 degrés.Lire l’éditorial : Climat : été extrême, urgence absolue

Pays le plus étendu d’Afrique, l’Algérie ne compte que 4,1 millions d’hectares de forêts, avec un maigre taux de reboisement de 1,76 %. Chaque année, le nord du pays est touché par des feux de forêt. En 2020, près de 44 000 hectares de taillis sont partis en fumée. Le réchauffement du climat augmente la probabilité des canicules et des sécheresses et par ricochet, des incendies.

Tél : +32 475 82 07 53
Mail : info@laba-asbl.be
N°d'entreprise : 0842883973
N° compte de LABA asbl : BE40 0004 1007 3863 - BIC : BPOTBEB1

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page